De ma fenêtre, je vois notre jardin
Dévasté
Où sont les fleurs, les arbres et les forêts ?
J’ai le blues du béton, du bitume, du macadam,
Froid et sans âme.
Main dans la main, âmes sœurs cœurs chauds
Nos pas étaient légers, nos
réveils tôt,
tendres et toastés.
Le Temps d’attente trop long pour tomber l’un dans l’autre…
De nos mots simples, ton sur ton
Voix timbrée, soufflée de la quarte à la huitième,
Jusqu’à cette épreuve qui nous ne laisserait pas indemnes
Dans cette course symphonique
En plein mouvement,
Les musiciens ont petit à petit,
quitté la scène…
Cacophonie, assourdissante…
Mes oreilles saignent de tes mots
Qui giflent un violent Larsen
Âmes en peine,
Polyphonie de désaccords,
Peu importe
Aucun de nous, Je te promets,
N’aura raison ou tort.

14 novembre 2016
Nathalie Soares

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *