« Dans les conditions de vie accablantes qui pèsent sur nous, les gens ne demandent pas la lucidité, ils demandent un opium quelconque, et cela, plus ou moins, dans tous les milieux sociaux. Si on ne veut pas renoncer à penser, on n’a qu’à accepter la solitude. Pour moi, je n’ai d’autre espérance que de rencontrer çà et là, de temps à autre, un être humain, seul comme moi-même, qui de son côté s’obstine à réfléchir, à qui je puisse apporter et auprès de qui je puisse trouver un peu de compréhension. Jusqu’à nouvel ordre de pareilles rencontres restent possibles — la preuve en est que nous nous écrivons — et c’est un bonheur extraordinaire, dont il faut être reconnaissant au destin. Qui sait si un de ces jours un régime « totalitaire » ne viendra pas pour un temps supprimer presque entièrement la possibilité matérielle de telles rencontres ? »

Source : Simone Weil, lettre n°2  à Jacques Lafitte du 14 avril 1936

 

Musique : Gal Costa – Barato total


ll faut être toujours ivre, tout est là ; c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

Mais de quoi? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous!

Et si quelquefois, sur les marches d’un palais, sur l’herbe verte d’un fossé, vous vous réveillez, l’ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l’étoile, à l’oiseau, à l’horloge; à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est.

Et le vent, la vague, l’étoile, l’oiseau, l’horloge, vous répondront, il est l’heure de s’enivrer ; pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise.

Charles Beaudelaire

 

 



Time moves slow
When you can’t have a thing
Time moves slow
When you’re lost in the dream
Time moves slow
When you wait by the phone
And the time moves slow
When you’re all alone

Musique et parole : BadBadNotGood feat Samuel T. Herring ‎– Time Moves Slow
Vidéo : Footage from the french new wave classic ‘Breathless,’ by Jean-Luc Godard. Unofficial Music Video.

 


Musique : Gloria Ann Taylor- Love is a hurting thing
Texte : Magda Szabó – La porte

Magda Szabó – La porte


La liberté, c’est très difficile. Parce qu’il est très facile de se laisser aller. L’homme est un animal paresseux. Il y a une phrase merveilleuse de Thucydide : « Il faut choisir : se reposer ou être libre. » Et Périclès dit aux Athéniens : « Si vous voulez être libres, il faut travailler. » Vous ne pouvez pas vous reposer. Vous ne pouvez pas vous asseoir devant la télé. Vous n’êtes pas libres quand vous êtes devant la télé. Vous croyez être libres en zappant comme un imbécile, vous n’êtes pas libres, c’est une fausse liberté. La liberté, c’est l’activité. Et la liberté, c’est une activité qui en même temps s’autolimite, c’est- à-dire sait qu’elle peut tout faire mais qu’elle ne doit pas tout faire. C’est cela le grand problème de la démocratie et de l’individualisme.

Cornelius Castoriadis, Stopper la montée de l’insignifiance, Le monde diplomatique, Août 1998, p. 22-23
Source

Musique : Linda Tillery – Freedom Time
Dédicace : Bozar