A quoi rêvent les algorithmes ?


A un récent dîner, un ami nous faisait part de son enthousiasme à propos de Deezer, ce service lui proposant des morceaux qui à son avis, était très pertinent. Ce à quoi je répondis, comme à mon habitude, que les soi-disants algorithmes n’était que l’intelligence et le savoir collectés auprès des utilisateurs à qui on a survendu la coolitude de faire des playlist. (Et donc d’être un peu mélomane, dj, connoisseur). Bref, en fait c’est juste que plusieurs personnes ayant écouté ce titre, ont écouté un autre titre après.

Bref, mon esprit chagrin habituel sur le fait qu’on nous vole notre savoir (durement acquis après des années de fouille musicale) pour mieux nous le revendre à 7,99 par mois.
(Et je suis pas mécontente de savoir que des chercheurs travaillent sur la question des pronétaires que nous sommes)

via GIPHY

Surtout que l’après midi même, youtube avait persisté à me mettre du Isley Brother en boucle. Et pas du tout « intelligent » car j’avais déjà remarqué le phénomène la semaine dernière. Le fait d’écouter « Beetwen the sheets » embrayait sur une tournée des frangins.
Tu aimes les Isley Brothers ? Tu aimeras sans doute n’écouter que du Isley Brother pendant 2 heures. (Tentez l’expérience d’ailleurs !)

Deux points de vue donc.

C’est pourquoi je suis très contente de savoir que Dominique Cardon était récemment de passage au tank pour une conférence autour de son livre qui parle d’algorithme et big data :
http://www.seuil.com/livre-9782021279962.htm

Père Noël, si tu me lis, tu sais quoi m’apporter.

Ps : Je découvre qu’Antonio Casilli a mis les slides de sa conf à disposition sur son site http://www.casilli.fr/2015/10/14/seminaire-ecnehess-a-casilli-et-s-broca-digital-labor-et-capitalisme-numerique-2-nov-2015-17h/

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *